Paris

lundi 22 mai 2017

Paris (75001)

Église Saint Leu-Saint Gilles

92 rue Saint Denis

Ancienne chapelle capitulaire des chevaliers du Saint Sépulcre (aujourd’hui à Notre-Dame).

C’est là que se déroula la première réunion officielle
de l’Ordre scout
, avec le Chanoine Cornette et le Père Sevin, en 1929.

Remarquer à gauche en entrant : les mosaïques et décorations avec de nombreuses croix de Jérusalem.

Paris (75002)

Église Notre Dame des Victoires

ex-voto de la fondation des Sœurs de la Sainte-Croix de Jérusalem.
(à gauche de l’autel de la chapelle ND des sept douleurs).
Plaque N-D des Victoires

Paris (75003)

Recherches en cours dans cet arrondissement...

Paris (75004)

N’hésitez pas à signaler vos découvertes ! Le jeu de piste continue...

Paris (75005)

76 rue Mouffetard

plaque des EEDF à André Lefèvre « Vieux Castor ».
JPEG - 288.8 ko

Paris (75006)

104 rue de Vaugirard

Historique du 104 Plaque de bronze (histoire de la ville de Paris) rappelant le rôle du scoutisme à ce foyer Montalembert.
Explications sur cette plaque dans Explorateur n°36, p.6-7

La Réunion des Étudiantsétait un foyer construit sur la propriété des pères maristes au 104 de la rue de Vaugirard à Paris ; il jouxtait la chapelle Notre Dame des Anges. Il était le lieu où habitaient, pendant l’année universitaire, de très nombreux jeunes étudiants catholiques venus de toute la France et qui, par la suite, occupèrent des postes importants dans la vie publique et politique de notre pays. Ainsi en fut-il de François Mitterand qui y vécut au cours de ses études. Georges Bertier y passa comme beaucoup d’autres et notamment de très nombreux scouts de la première génération qui devinrent des chefs ou des aumôniers connus.
JPEG - 454.9 ko
En effet, le Père Plazenet, qui en fut responsable pendant 40 ans, avait découvert le scoutisme fortuitement, à la demande du Président Edouard Herriot qui lui avait demandé de remplacer le Chanoine Cornette, envoyé en mission en Bulgarie. Il fut conquis par la méthode et favorisa en 1924/25 l’implantation de la XXVe Paris et du Groupe Montalembert. Le Père Plazenet fit connaître le scoutisme à de nombreux évêques, et il prêcha lui-même plusieurs retraites à des aumôniers scouts au 104.
JPEG - 109.3 ko
Toutefois le recrutement étudiant correspondait plutôt à celui de la Route, aussi lors de la fondation de cette dernière, cette troupe fut transformée en clan en 1927. Elle avait cependant fonctionné comme une troupe expérimentale destinée surtout à la formation de cadres pour devenir rapidement des C.T. dans les quartiers de Paris où de nouvelles unités se créaient.

Parmi les personnalités qui œuvrèrent dans le groupe on notera le Père Forestier, Mgr. Ramondot, René Alquier, Charles Celier, André Cruiziat, Eugène Jacques Regrettier, Jos le Doaré, et bien d’autres....
(cf. articles de « Mémoire du scoutisme » à ces noms)

Séminaire des Carmes

au 21 rue d’Assas
la chambre qu’occupait le BX P. Christian de Chergé durant ses études a été réaménagée en lieu de mémoire et de prière.
JPEG - 471.2 ko


Paris (75007)

Place Vauban

Église du Dôme aux Invalides
Tombeau du Maréchal Lyautey
Tombeau du Maréchal Lyautey, premier président du Scoutisme Français.

Véritable dénominateur commun du Scoutisme Français, il déclarait pour le jamboree de Birkenhead (1929) : « Il n’y a pas d’objet qui me tienne plus à cœur que de vous voir marcher la main dans la main »

D’abord inhumé à Rabat, son corps fut ramené aux Invalides en 1961 pour reposer sous le dôme de l’église.

Dans la crypte sous l’autel de la cathédrale
(ne se visite pas, mais on peut voir à travers la grille) : Plaque du Général Maud'huy
la plaque devant laquelle repose le Général de Maud’huy.

Premier Chef Scout de France, d’abord inhumé à Metz,
son corps fût transporté aux Invalides pour reposer
avec les généraux de la Grande Guerre dans la crypte des Invalides
en mai 1931.

Musée de la Résistance et de la Libération à l’Hôtel des Invalides (entrée au 129 rue de Grenelle)
souvenirs des Compagnons de la Libération, dont au moins 36 scouts :

Place Denys Cochin

JPEG - 42.7 ko Statue du Maréchal Lyautey JPEG - 93.5 ko

30 avenue de Saxe

Inscription pour Jean Marie Plessier sur les moulures extérieures de l’immeuble
(à droite de la porte)

Plaque J-M Plessier Élève à l’école des Beaux-Arts.

Routier Scout de France au Bon Conseil.

Âgé de 20 ans.

1 rue Robert Esnault-Pelterie

Plaque au char « Quimper »
dans lequel a péri Claude CAZEBIELLE
scout de France et routier à Tunis.
(né le 25 août 1925 à La Manouba, près de Tunis).
JPEG - 91.4 ko
Il était brigadier au 3°peloton du 2°escadron du 12°régiment de cuirassiers, membre d’équipage du char « Quimper » ; mortellement blessé devant le Ministère des Affaires étrangères le 25 août 1944.
Soigné au poste de premiers secours tenu par l’Abbé P. Hénin, il meurt sur place et son corps est transporté à l’hôpital Necker où le décès est enregistré ; il est enterré au cimetière de Pantin.

2 Rue de Narbonne

Maison natale de Gabriel Brunet de Sairigné
JPEG - 135.1 ko

12 Place du Président Mithouard

Plaque sur la façade de l’Église St François Xavier
pour Louis François-Régis EWALD.

Il fut CT de la 13e Paris (Ste Clotilde), et chef de Clan à N.D. du Bon Conseil avec ses compagnons de la 2e D.B.
JPEG - 214.7 ko

Basilique Ste Clotilde

Parvis Maurice-Druon (23 bis Rue Las Cases).

Plaque aux tués de la paroisse sur laquelle on peut lire les noms de ces Scouts de France de Paris :
PNG - 1.4 Mo

Logo EEIF

27 Avenue de Ségur

Centre National des
Éclaireuses et Éclaireurs Israélites de France

(E.E.I.F.)

Paris (75008)

3 bis Avenue Gabriel

Plaque Roger Réal

Le long des grilles des jardins de l’Elysée

plaque Roger Réal, scout de France et gardien de la paix stagiaire

qui fut tué à la libération de Paris le 25 août 1944.

Routier à la 1è Montreuil, Roger Réal s’était engagé comme gardien de la paix dans la Police de la capitale pour échapper au S.T.O.

Il est tombé dans les combats de la place de la Concorde.

Paris (75009)

66 Chaussée d’Antin

Plaque Pierre Déjean, Commissaire National des Éclaireurs de France.
JPEG - 83.2 ko
(Plaque inaugurée le 2 septembre 1999, sur la façade restaurée).

Originaire d’Auch, « vieille cigogne » était entré aux Éclaireurs de France à l’âge de 12 ans. Chef de Troupe, Commissaire de district de Toulouse, puis Commissaire de Province à Bordeaux, il était Commissaire National de la branche Éclaireur des E.D.F. pendant la guerre.

Sa jambe artificielle ne lui permettant pas d’être mobilisable, il dirigea les EDF en zone occupée, avant d’être arrêté par la Gestapo le 2 septembre 1943. Déporté d’abord à Compiègne, il est mort en juillet 1944 au camp de concentration de Mauthausen (voir sa plaque).

(cf. Livre d’or des Éclaireurs de France p.5 à 7)

Paris (75010)

Rue Bossuet

Petite plaque Scout de France au dessus d’une porte
(de local scout du groupe paroissial St Vincent de Paul ?)
JPEG - 70 ko


Paris (75011)

Saint Ambroise

Devant l’église :
« Jardin des Moines de Tibhirine » (cf. Bx Christian de Chergé)
JPEG - 115.7 ko

Paris (75012)

Face à la gare de Lyon

à l’angle Bd Diderot et Rue Abel,
Plaque Georges Ducassou à la gare de Lyon Plaque Ducassou

(15 x 40 cm) avec croix potencée,
plaque haut placée (sous les tentures rouge vif du restaurant « les Deux Savoies »)

G. Ducassou Libération de Paris Georges Ducassou, de son Totem « Guépard », formé à la 103e Paris dépendant de la paroisse Saint Marcel du XIIIème arrondissement, relance la troupe 1ère Montreuil et fonde un clan dans cette ville en 1943. Comme son camarade de clan, Roger Réal, tué à la libération de Paris le 25 août 1944, il s’était engagé comme gardien de la paix dans la Police de la capitale pour échapper au S.T.O.

Cf. Article dans Explorateur n°39

Alors qu’il revenait à vélo de Montreuil, où il avait visité quelques uns de ses scouts, il fut intercepté le 19 août et tué à coup de pied et à coups de crosse devant la gare de Lyon. Il avait 21 ans. Le groupe scout de Montreuil prit le nom de « Groupe Guépard » après le Libération, et son clan celui de « ClanGeorges Ducassou »

29 rue de la Lancette

Plaque au gymnase Robert et Denise GAMZON
(fondateurs EIF, avec leur totem sur cette plaque).
JPEG - 8.7 ko

Paris (75013)


40 rue des Cordelières

Carrick
Carrick
magasin scout

Courriel

Rue François Bloch-Lainé

Scout à la 1re Paris, François Bloch-Lainé fut très actif dès la fondation des Comédiens routiers. Il fut Commissaire national Route en la zone occupée, auprès de Pierre Delsuc et anime un Breuil clandestin, tout en s’impliquant activement dans la Résistance.

Petit-neveu de Léon Blum, fils de haut fonctionnaire, il fut inspecteur des Finances dès 1936. Après guerre, il occupe de très hautes fonctions administratives et bancaires, en s’engageant comme acteur du christianisme social.

Paris (75014)

Rue général de Maud’huy

18 rue de la Tombe Issoire

Espace Madeleine Delbrêl.

Porte Mouchotte

Porte est de la gare Montparnasse donnant sur la rue du commandant René Mouchotte(face à la Poste avenue du Maine).

Ce compagnon de la Libération aviateur était aussi un scout à la 19e Paris qui portait sa croix de promesse scoute sur son tableau de bord.

Cimetière du Montparnasse

Dans le tombeau de dominicains de Paris il y a la sépulture du RP Marcel Forestier Denys » en religion)
ainsi que celle du RP Le Tilly, aumônier de la St Do d’Alger.
JPEG - 286.6 ko

Paris (75015)

Rue René Mouchotte

Voir livre 100 Scouts morts pour la France p.237-238.

17 Rue de l’Avre

Plaque en mémoire de la 1ère troupe du Pasteur Gallienne (1910)

Plaque Georges Gallienne Rue de l'Avre Dès octobre 1910 à la Mission populaire de Grenelle (Maison Fraternelle) par le pasteur Gallienne expérimente la méthode « Boy-scout »avec succès.

Les Éclaireurs Unionistes de France, nés dans la mouvance protestante se lanceront en 1911 avec Samuel Williamson, Secrétaire Général des Unions Chrétiennes ou U.C.J.G. (Union Chrétienne de Jeunes Gens), avec comme insigne : le Coq, (puis croix fleur de lys) et pour devise « Sois prêt ».

(tiré du sitedes Tisons)

Cimetière de Vaugirard, 320 rue Lecourbe

 Tombe du Vieux Loup Chanoine Cornette Tombe du Chanoine Cornette en forme de grande croix potencée au fond du cimetière (à droite)

Co-fondateur des Scouts de France avec le Père Sevin et Edouard de Macédo

Totem Scout « Le Vieux Loup »

Né le 8 novembre 1860 à Pierrefite-sur-Loire (Allier)

Mort le 19 Septembre 1936 à Paris.
Petits Loups, auprès du Vieux Loup...

131 bis rue de Vaugirard

Institut Général de la Porte du Theil
(Centre d’études, de recherches et de publications sur les Chantiers de la jeunesse française).

Allée du capitaine Raymond Dronne.

Eclaireur Unioniste au Maroc (et Commissaire de district adjoint Route),
il fut le capitaine français auquel le général Leclerc commandant de la 2e division blindée ordonna le lancement de la libération de Paris en lui lançant : « Filez droit sur Paris, entrez dans Paris ! ».
Compagnon de la Libération, né à Mayet (72360) et maire d’Ecommoy (72220).

Paris (75016)

Près du Trocadéro, vers le cimetière de Passy

Rue du commandant Schloesing

Louveteau, C.P. et Chef de Troupe des Éclaireurs Unionistes de France. Compagnon de la Libération

Extraits de l’article dans : Explorateur (n°28, p.7) :

Insigne Scout Unioniste Jacques Henri Schloesing, fils d’un Pasteur protestant, fut louveteau à Mulhouse puis à Paris Roquepine (dans le 8e). CP puis Assistant à cette troupe, il devient CT de Paris Oratoire II en 1938-39.

Engagé volontaire en 1939, il rejoint le Général De Gaulle le 22 juin 1940 à bord d’un vieil appareil dérobé sur un terrain d’aviation. En février 943, commandant du célèbre groupe de chasse « Ile-de-France » - où René Mouchotte (Scout de France) fut son adjoint-. Il saute de son Spitfire en flamme au dessus du territoire occupé et, gravement blessé, parviendra à rejoindre son unité (via l’Espagne et l’Angleterre) et reprendra le combat.

Compagnon de la Libération, il fut tué en combat aérien le 26 août 1944, à l’âge de 25 ans.

Cimetière de Passy

JPEG - 409 ko JPEG - 478 ko 2 rue du commandant Schloesing, à la 9è division, 1è ligne.

Caveau de la famille de PEYRECAVE DE LAMARQUE,
avec Pierre, scout de France à la 2e Strasbourg,
mort pour la France en 1940
et son frère Bernard décédé en 1943, avec une belle croix scoute (avec lys).
(Peut-être leur frère Jean, lui aussi mort pour la France en 1945, était-il scout ?)

Paris (75017)

rue Bayen

(à côté du Boulevard Pereire) :
le square Olave et Robert Baden-Powell inauguré en 2016
JPEG - 123.3 ko

Paris (75018)

127 rue Marcadet

Plaque en l’honneur de Jean Joussellin, pasteur (1903 – 1980),
dévoilée en 2015 sur la façade de la Maison Verte.
JPEG - 81.9 ko
Jean Joussellin fut responsable des Éclaireurs Unionistes de France (Protestants ). En mai 1941, il se voit confier la direction de la Maison Verte. Ce centre propose des activités éducatives et prend en charge une colonie de vacances au lieu des CEP « Cappy » à Verberie dans l’Oise. A partir de 1943 et jusqu’à la Libération, Jean Joussellin y hébergera 87 enfants juifs qu’il munira de faux papiers.

Paris (75019)


Place des Fêtes

A côté de l’Église Saint Jean-Baptiste de Belleville

Square Monseigneur Maillet

Illustre directeur de la Manécanterie des Petits Chanteurs à la Croix de Bois.

A toujours été un fervent partisan et promoteur du scoutisme.

Il avait lui même fondé au sein de la Manécanterie les troupes 20ème et 21ème Paris, pour ses petits chanteurs.

Paris (75020)

cimetière de Belleville

JPEG - 352 ko
tombe de Mgr Maillet (voir 75019, ci-dessus).

icones_peda N’hésitez pas à nous signaler vos découvertes !

Le jeu de piste continue...