Morbihan

mardi 20 juin 2017

Vannes (56000)

Allée Baden-Powell
Allée Baden-Powell
Près de l’ancien grand séminaire (approximativement en face du 70 de la Rue Monseigneur Tréhiou)

Vannes (56000)

Promotion Agnès de la Barre de Nanteuil L’Ecole Militaire du Corps Technique et Administratif a choisit Agnès de la Barre de Nanteuil comme nom de Promotion en 2003 avec cet insigne.

Agnès de la Barre de Nanteuil Il existe une Allée Agnès de la Barre de Nanteuil, dans les jardins de la Garenne.

De plus dans les nouveaux lotissements à l’est de Vannes,
on trouve aussi une rue Agnès de la Barre de Nanteuil.

Née le 17 septembre 1922, elle fut Guide de France, puis Cheftaine à la 2e Vannes et Akéla de louveteaux.

Agente de liaison du réseau Libération-Nord, elle est dénoncée et arrêtée le 13 mars 1944.

JPEG - 926.8 ko

Torturée et blessée à la hanche le 6 août 1944, elle meurt en serrant son petit dizainier scout le 13 août 1944
à Paray-le-Monial dans le convoi qui l’amenait en déportation.

Une de ses dernières paroles fut :
« Je donne ma vie pour mon Dieu et ma patrie [...]
j’ai été dénoncée, mais j’ai pardonné. »

Sa tombe se trouve au cimetière de Vannes.

Christophe Carichon a écrit la première grande biographie d’Agnès de Nanteuil.

(Cf. livre 100 Scouts morts pour la France pages 25 à 27)

Lorient ( 56100)

Plaque de bois sculptée décorée par un RS Plaque de bois sculptée décorée par un RS et gravée avec nom de 25 scouts de Vannes-Lorient morts pour la France.

" Chaque année, à tour de rôle les groupes du district garderont cette plaquette"

(Scout breiz février 1947, page 18)

Cette plaque a été exposée le Dimanche 22 Avril 2007 à Sainte Anne d’Auray.

« Un certain 10 octobre 1943... »

Un groupe de scouts, sous l’autorité du chef de clan Henri Guyard, de l’abbé Alphonse Felliers, du commissaire de district Jean Larmet, de Mlle Marguerite Michel et de Mlle de Nanteuil, célébraient clandestinement un anniversaire au pied du mât où flottait le drapeau tricolore ! Un jeune scout, Emile Morin, prononçait sa promesse quand, tout à coup …

Achtung ! Papier. Halt ! Verboten. Ces mots qui faisaient trembler de fureur et de peur l’Europe occupée voici plus de 60 ans, furent prononcés le dimanche 10 octobre 1943 à « La Chesnaie » près du Vincin en Arradon par une section allemande, armée de mitraillettes et de fusils, qui venaient de les encercler.

Surpris par l’arrivée soudaine des allemands, quelques jeunes s’enfuirent dans les bois mais furent vite rattrapés et rassemblés sous les hurlements des Feldgraus qui se demandaient ce que signifiait cet attroupement patriotique interdit par la loi d’occupation.

Après une heure de fouilles, de questions posées par les officiers, la Gestapo emporta toutes les pièces d’identité en indiquant qu’elles seraient remises dès le lendemain matin à leur propriétaire au siège de la Gestapo, rue Pasteur à Vannes. De nombreux ceinturons scouts furent également raflés à cause du cuivre récupérable.

Lors de la dislocation du groupe, Mlle Michel s’entoura la taille de quelques ceinturons scouts, cachés sous sa cape et rejoignit son domicile par des chemins détournés.

Le lendemain 11 octobre, l’abbé Felliers ainsi que Henri Guyard furent arrêtés et mis en prison. L’abbé fut condamné à 4 mois de prison. Henri Guyard et Jean Larmet étaient en fait des agents de renseignements du S.R. de Londres. Egalement Agnès de Nanteuil, agent de liaison du Colonel Morice, chef départemental de la Résistance. Mais ils ne furent pas reconnus ce jour là.

A noter que le Père Alphonse Felliers dirigeait le cinéma de La Garenne. Souvent, pendant la projection du film, les scouts s’éclipsaient de la salle pour le rejoindre dans son bureau et lui signaler les symboles qu’ils avaient relevés en observant les mouvements des camions allemands. Les renseignements ainsi récoltés étaient ensuite envoyés à Londres.

D’après un article de la Liberté du Morbihan, le 21 octobre 1983, signé Emile Morin

Île d’Hoedic (56170)

Oratoire construit par des routiers scouts de France

Oratoire

construit par des routiers scouts de France

en remerciement de la municipalité de son accueil.

Voir article sur Topic-Topos

Plouay (56240)

Base de plein air des Scouts de Riaumont Au Guerveur-Lochrist

Ruines d’un ancien village breton en cours de restauration par les scouts de Riaumont.

Base de plein air pour les camps, avec une source qui fut remise en valeur par la 1ère Quimperlé en 1960, et un calvaire par un clan SUF.

Guer (56380)

Saint-Cyr Coëtquidan

Musée du Souvenir des écoles de Coëtquidan

Croix de promesse sur le chapeau de brousse du capitaine Jacques Journet
CP scout à la Trinité, 6e et 19e Lyon, chevalier de France

Vitrine n°42 de l’Algérie (n° d’inv. 776)

Promotion Capitaine Serge Beaumont

scout à Nancy, à Nantes
(plaquette disponible au Mémorial de Riaumont)

Voir aussi le Clan militaire « Charles de Foucauld » à St Cyr l’école.

Salle d’honneur de l’EMCTA :

Souvenirs d’Agnès de Nanteuil, résistante et Guide de France,

A propos du Clan Routier « Charles de Foucauld » à l’E.S.M. de Saint Cyr (dans la Seine et Oise à l’époque... !)

Extraits de « Mémoire du scoutisme »( p. 106 ) :

Salut scout St Cyr Un Clan Routier dénommé « Charles de Foucauld » a été officieusement fondé à l’Ecole Spéciale Militaire de Saint Cyr en 1928. Il était interfédéral mais ne fut jamais homologué par les différents Q.G. Il comprenait également des Elèves-officiers de réserve comme Delsuc, Duriez-Maury, Henry Desserteaux, ou Jacques Desplats ( voir Mémorial des cadets de Saumur).

Le foulard de ces routiers était mi-partie blanc et rouge, frappé de l’écusson des équipes sportives de l’Ecole (Casoar blanc et rouge brodé sur fond bleu-clair) ou, en camp, un simple foulard bleu-clair. Les règlements de l’époque, contraignant les élèves-officiers à porter l’uniforme militaire lors de leurs sorties, la responsabilité de ce clan a finalement été assumée par le capitaine d’Alverny, en service au régiment d’Infanterie Coloniale de Clignancourt à Paris. Ceci afin de ne pas mettre le précédent titulaire en porte à faux vis à vis du commandement de l’Ecole.

Bénédiction char Lors de la déclaration de guerre le 3 septembre 1939, le futur général Pierre de Montjamont (DCC et premier président des SUF), maintenu à l’Ecole comme instructeur de cavalerie, prit les consignes du Clan Charles de Foucauld.

Le Clan Charles de Foucauld en 1946-47 était composé de 3 sous-clans, un par groupement (cf. promotion « Nouveau Bahut », « Leclerc », etc...). Il s’éteignit probablement avec la crise de la route SDF à la fin des années 50, même si de nombreux routiers (Scouts d’Europe, SUF, Scouts Catho.) continuent à peupler cette grande école et servir individuellement dans des unités scoutes...

L’Armée homologua aussi l’existence de clans militaires dans les principales garnisons métropolitaines et Outre-Mer, après guerre. Notons enfin que, par référence au Clan Charles de Foucauld, il se créa de façon plus ou moins officieuse avant la guerre, ou pendant la guerre, des clans analogues de même nom en divers lieu de garnison

(Cf : le Clan Charles de Foucauld de Tunis pendant la guerre).

Plumelec (56420)

Insigne para Mémorial des S.A.S. en Bretagne

On peut y trouver diverses photos et inscription de plusieurs scouts dont :

Robert Schutting (77e Paris)

Charles Husson de la troupe de Chaumont qui faisaient partie du 2e RCP de l’Armée de l’air, unité faite Compagnon de la Libération, notamment pour son action en juin 1944 avec les résistants du Maquis de Saint-Marcel.

Theix (56450)

Château de Runiac qui appartenait à sa famille

Rue Agnès de La Barre de Nanteuil (voir ci-dessus à Vannes)

Guidel (56520)

Basede Coatroual (SGDF)

Voir aussi les photos

Loyat (56800)

A 8 km au nord de Ploërmel dans les bois de Kéréteau,

stèle de la cheftaine Dargnies

En 1933, quelques guides aînées de Rennes décident de mettre leur engagement scout au service d’enfants qui ne partent jamais en vacances.

(voir article de Presse)


Navigation

Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456